Esclavage et traite : pourquoi les Noirs et non les autres ?

Le 27 avril de chaque année, la France célèbre l'Abolition de l'esclavage et la traite négrière dans les territoires qu'elle occupait depuis le XVIème siècle. Pour beaucoup d'Africains noirs, l'esclavage et la traite noire restent des souvenirs lointains. Les parents africains n'ont pas transmis à leurs progénitures cette histoire qui a laissé l'Afrique noire à la queue des civilisations. A l'école, on parle très peu de l'esclavage et de la traite négrière. Les manuels ou ouvrages écrits par certains auteurs occidentaux cachent beaucoup de vérités. Cependant, il faut féliciter des auteurs africains-américains tels que Alex Haley ou John Hope Franklin qui ont essayé d'éclairer les Noirs du monde entier sur leur histoire. Il faut aussi signaler les écrits d'auteurs européens tels que le Français Gaston Martin, P. Rinchon et autres qui ont pris le courage d'écrire l'histoire tragique des Noirs africains. Sans tomber dans les sentiments, il y a lieu de se poser la question de savoir pourquoi les Noirs, et non les autres races, ont été vendus comme des marchandises. Pour répondre à toute question, il convient d'analyser les conditions dans lesquelles les Noirs africains ont été vendus comme des marchandises et les raisons qui ont conduit à l'abolition de la traite négrière afin de tirer certaines leçons d'histoire qui peuvent nous aider à sortir les Noirs de cette amnésie.

AU COMMENCEMENT DE LA TRAITE DES NOIRS

L'esclavage n'est pas l'apanage des Africains. Ce phénomène se retrouvait dans plusieurs civilisations à travers le monde. En Afrique noire, l'esclavage existait dans les empires et les royaumes. Ce phénomène prendra de l'ampleur avec l'envahissement de l'Afrique par les musulmans. Les femmes venaient peupler les harems les hommes étaient employés à des lâches militaires et servile. Les musulmans capturaient ou achetaient les Noirs auprès des princes africains noirs .qui étaient convertis à l'islam et les expédiaient en Arabie, en Perse. Cependant, à la suite des forces libérées par la Renaissance et la révolution commerciale en Europe, l'esclavage va céder à la traite des Noirs. En effet, la renaissance a apporté à l'homme occidental une nouvelle liberté: relie de poursuivre des fins les plus favorables à l'épanouissement de son âme et de son corps. En même temps qu'apparaissait cette nouvelle notion de la liberté, la vie économique de l'Europe entrait dans une époque de renouveau grâce à la révolution commerciale. L'écroulement de la féodalité, la croissance des villes, l'intérêt accru pour le négoce et la prise de conscience de la force et du pouvoir du capital, tous éléments essentiels de la révolution commerciale, firent naître une forme de compétition caractérisée par l'exploitation implacable de tout ce qui pouvait apparaître comme des biens économiques. L'émergence en Europe occidentale de nations puissantes fournit des instruments politiques propres à canaliser et à orienter ces nouvelles forces, souligne l'historien africain-américain, John Hope Franklin.

Il faut aussi signaler que, durant la période de domination musulmane, un certain nombre de Nom d'Afrique vendus arrivèrent sur les marchés d'Europe occidentale. Mais c'est vers la fin du XIVème siècle que les Européens commencèrent à importer eux-mêmes des esclaves. Ainsi, ils établirent des contacts avec les indigènes et étudièrent la possibilité de nouer avec eux des relations commerciales. Ils ramenèrent en Europe des Africains dont ils firent des serviteurs avec bonne conscience, convaincus qu'ils essuyaient de leur offrir ainsi la possibilité de renoncer au paganisme d'embrasser la religion chrétienne. Cette bonne volonté sera, battue en brèche par le développement de la compétition internationale. Il ne fallait pas s'attendre que ces activités restent confinées à l'Europe. La recherche de nouvelles marchandises fut pour les Européens l'occasion attendue d'utiliser les esclaves noirs. S'il y avait un endroit où l'esclavage et le commerce des esclaves pouvaient elfe rentables, c'était l'Amérique avec ses immenses ressources naturel les et ses étendues vierges. Pour exploiter les richesses de l'Amérique, les colons anglais utilisèrent d'abord la population indienne. Le faible degré de résistance des Indiens aux maladies dont les Européens étaient porteurs ainsi que la simplicité du milieu économique dont ils étaient issus ne les prépa- raient guère à la discipline de la plantation. Ensuite, les colons anglais firent appel aux ouvriers blancs et le résultat n'était pas satisfaisant du fait que ces ouvriers posaient beaucoup de problèmes. Les Anglais commencèrent à se demander pourquoi se donner tant de mal avec les Blancs alors que les Noirs posaient beaucoup moins de problèmes. En raison de leur couleur, il était enfantin de remettre la main sur les évadés. De plus, on pouvait tout simplement les acheter, et cela évitait les fluctuations constantes de main-d'œuvre au sein de l'exploitation.

Les Européens mirent en place un commerce triangulaire qui comporte trois étapes Première étape: d'Europe en Afrique. Les négriers vont chercher les esclaves noirs sur la côte occidentale de l'Afrique, entre Gorée et le Mozambique. Les esclaves y sont échangés contre des produits européens vendus aux chefs de tribus.

Deuxième étape: d'Afrique en Amérique. Les esclaves sont transportés par bateaux et vendus dans l'archipel antillais. Au Brésil et dans le sud des treize colonies qui forment la côte est des Etats-Unis actuels. Quelques-uns arrivent dans l'empire continental espagnol: Mexique, Pérou, Colombie, Venezuela. Troisième étape: d'Amérique en Europe.

Ayant vendu leurs esclaves, les négriers retournent en Europe les cales pleines de produits tropicaux...

LA TRAITE EN AFRIQUE CENTRALE

La traite en Afrique centrale a touché le Congo-Brazza, l'Angola, le Congo-Kinshasa et la Zambie. Les négriers utilisaient des comptoirs à la côte occidentale et orientale de l'Afrique. A la côte de l'océan Atlantique, ce sont des Européens qui étaient les principaux acheteurs des esclaves. Ils avaient des comptoirs le long de la côte et utilisaient les chefs africains pour capturer ou vendre leurs propres sujets. Il existait trois voies distinctes par lesquelles les esclaves étaient acheminés vers les côtes, souligne l'historien congolais Isidore Ndaywel. Il s'agit des voies septentrionale centrale et méridionale. La voie septentrionale menant à Luanda (Angola) était fréquentée par le négriers Teke et Yaka. Les esclaves étaient achetés sur le marché de Pumbu. La voie centrale était au sein même du Royaume d'Angola. Ce commerce était mené par des anciens vassaux du royaume d'Angola devenus indépendants La voie méridionale, qui était 1a plus importante, était utilisée par les négriers qui opéraient à Kasanji et Musumba dans l'actuelle province du Katanga et au Kasaï. Ceci a été l'œuvre des Batshokwe. Tous ces esclaves acheminés vers la côte occidentale de l'Afrique ont été vendus au Brésil. Jusqu'aujourd'hui, on retrouve des traces culturelles congolaise et angolaise au Brésil.

Quant à la traite à la côte orientale de l'Afrique, il convient de signaler que ce commerce s'est développé au moment où l'on décrétait, au XIXème siècle, l'abolition de la traite Atlantique. Il s'es installé des comptoirs sur les côtes: d'Afrique orientale et à Zanzibar. Ce sont les Arabes qui étaient des acheteurs mais aussi les Européens. Pour arriver à capturer les esclaves les Arabes utilisaient les chefs indigènes ou des collabos. Parmi les collabos, on peut citer Tippo Tip Ngongo Lutete, Lupumgu, etc.

ABOLITION DE LA TRAITE

Le mouvement de l'abolition de l'esclavage a commencé en Grande-Bretagne. La montée de l'abolitionnisme dans la possession britannique découla de progrès de la pensée humanitariste au milieu du XVIIIème. En fait, sur le plan moral, l'esclavage était une institution honteuse qu'il fallait supprimer en Angleterre. Ici, il faut aussi signaler que les raisons d'interdire le commerce des êtres humain: n'étaient pas seulement morales. La révolution industrielle qui a el naissance en Grande-Bretagne créèrent d'autres besoins dont ceux des matières premières pour le fonctionnement des usines. Les machines commençaient à remplacer les hommes dans les plantations. Ce mouvement pour l'abolition aura une grande influence à travers l'Europe, l'Afrique et l'Amérique. C'est ainsi que la traite négrière fut supprimée en Angleterre en 1833 en France en 1848, aux Usa en 1865 et en 1888 au Brésil.

LEÇON A TIRER

Henri Stell Commager écrivait qu'un peuple sans histoire, ou ignorant de son histoire, est comme un homme sans souvenir - condamné pour toujours à refaire les découvertes déjà faites dans le passé, à réinventer les mêmes techniques, à lutter avec les mêmes problèmes, à commettre les mêmes erreurs; et privé, aussi, de magnifiques joies du souvenir». Il faut à tout prix que les Africains enseignent aux enfants l'histoire de l'esclavage et de la traite. Cela pour empêcher que l'histoire se répète sous d'autres formes.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.158.208.189) if someone makes a complaint.

Report abuse